En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Librairie SILOË-BIBLICA
23 boulevard Amiral Courbet
30000 Nîmes
04 66 67 88 01
Entete

Accueil > SAVOIRS > Langues > D’autres langues que la mienne
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

D’autres langues que la mienne

Michel Zink

Éditions Odile Jacob
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
18,99

Ajouter au panier
Écrire dans une langue qui n’est pas sa langue maternelle : du Moyen Âge à l’époque contemporaine, de nombreux poètes ou romanciers l’ont fait, par choix ou par contrainte. Dans maintes civilisations, la vie intellectuelle et la littérature ont même eu recours avec une sorte d’aisance naturelle à une langue étrangère ou apprise : le grec pour les Romains, le chinois pour les Japonais, le latin pour l’Occident médiéval. Écrire dans une autre langue, c’est s’arracher à soi-même, ou simplement se partager : la langue du poète, la langue du mathématicien ne relèvent-elles pas de la catégorie des langues autres ? Et la langue maternelle peut, elle aussi, se faire « autre » : lorsqu’elle est dévoyée ; ou lorsqu’elle est consciemment choisie et modelée ; ou lorsqu’elle préserve au sein de l’écriture la langue de la tribu, de l’enfance, de la fratrie. Ces questions se posent à tout écrivain si, comme l’écrit Proust : « Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. » Michel Zink, spécialiste de littérature médiévale, est membre de l’Institut et professeur au Collège de France. Avec les contributions de Jean-Paul Allouche, Odile Bombarde, Yves Bonnefoy, Pascale Bourgain, Antoine Compagnon, Sir Michael Edwards, Marc Fumaroli, Claudine Haroche, John E. Jackson, Jacques Le Rider, Jean-Noël Robert, Luciano Rossi, Karlheinz Stierle. 

Ceux qui ont été intéressés par D’autres langues que la mienne ont aussi consulté :